Mapo

La littérature albanaise se met à l’espéranto

| |

Un roman de Fatos Kongoli, « Peau de chien », vient d’être traduit en espéranto. C’est le premier ouvrage albanais à paraître dans cette langue artificielle depuis 1929. La petite communauté de locuteurs espérantistes du pays, qui a pu se maintenir sous le joug d’Enver Hoxha, entend bien résister malgré les pressions exercées par les langues dominantes, tout particulièrement l’anglais.

Par Aida Tuci L’Albanie et l’espéranto, c’est une histoire qui dure depuis presqu’un siècle. Lazër Shanto est connu pour avoir été le premier Albanais espérantiste en 1905, suivi par le cardinal Mikel Koliqi et son frère, Viktor Koliqi, et le professeur Zef Kakarriqi, entre autres. En 1922, le ministre de l’Enseignement, Rexhep Mitrovica a pris l’initiative d’inclure l’espéranto dans les programmes des écoles primaires, mais elle n’a jamais été appliquée. Aujourd’hui, c’est l’un des romans de Fatos Kongoli « Peau de chien » qui paraît en espéranto, après le premier livre albanais publié dans cette langue internationale, « Histoire de Skanderbeg » (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous