Grèce : Aube dorée, ou la résistible ascension de la « bête immonde »

Les milices d’Aube dorée font régner la terreur dans les quartiers populaires des villes grecques, traquant les immigrés, mais s’attaquant aussi ceux qui osent s’opposer à ce parti ouvertement néo-nazi. Aube dorée a un programme simple : « la Grèce aux Grecs », et l’expulsion des étrangers. Le parti a infiltré la police et se substitue de plus en plus souvent aux forces de l’ordre. La crise et l’austérité imposée à la Grèce produisent des monstres dangereux.

Aube dorée (Χρυσή Αυγή) : Un premier groupe portant ce nom a été fondé en 1980, légalisé en 1993. Relancé en 2007. Dirigeant : Nikólaos Michaloliákos Entre au Parlement en 2007, dispose de 18 députés depuis les élections de 2012 (6,92% des suffrages exprimés, en léger recul par rapport à 2007). À l’aube du 28 septembre 2013, 22 cadres du parti, dont Nikólaos Michaloliákos et plusieurs députés, ont été interpelés par la police. Le 1er novembre 2013, deux militants sont abattus dans une fusillade devant un siège du parti. Aux élections européennes du 25 mai 2014, Aube dorée obtient 9% des voix et deux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous