Serbie : la framboise, « l’or rouge » qui pourrait rendre les paysans riches, mais...

| |

Les framboises serbes se vendent très bien. Si bien que leurs exportations rapportent aujourd’hui plus que le blé. Et pourtant, l’État n’a pratiquement rien investi pour favoriser ce succès. Comment, alors, expliquer un tel phénomène et, surtout, comment faire pour que les framboises serbes n’achèvent de conquérir le monde ? Đorđe Stevanović a sa petite idée.

Par Mijat Lakićević Đorđe Stevanović est producteur de framboises. Mais un producteur pas comme les autres. Il ne se plaint pas des prix, ni de l’État (il ne veut rien en recevoir, c’est trop cher payé, dit-il), ni même des sociétés de stockage à froid. Mais avant de poursuivre, je me dois de remarquer ce que vous avez sans doute vous aussi remarqué : on parle en Serbie plus des framboises que de n’importe quelle autre culture (j’y ai moi-même, je l’admets, contribué à plusieurs reprises). La seule chose pour laquelle le gouvernement se mobilise encore plus, c’est le Kosovo. Et encore... La situation a connu une telle escalade qu’un Bureau, (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous