Monténégro : comment rejouer à la guerre civile de 1918

| |

La controverse historiographique est devenue la polémique politique de l’automne : le Monténégro doit-il commémorer l’Assemblée de Podgorica, le 26 novembre 1918, et son « annexion » par la Serbie ? Gouvernement et opposition pro-serbe se déchirent sur le sujet, une manière bien pratique de ne pas parler des réels problèmes du Monténégro d’aujourd’hui.

Par Srđan Janković Le ton n’en finit pas de monter au Monténégro à l’approche du centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Car c’est aussi, et surtout, le centenaire de la décision prise par l’Assemblée de Podgorica, le 26 novembre 1918, de destituer le vieux roi Nikola Ier Petrović-Njegoš et de rattacher le Monténégro au nouveau royaume des Serbes, Croates et Slovènes formé sous le sceptre de la dynastie serbe des Karađorđević. D’un côté, les courants politiques pro-serbes veulent célébrer l’unification du peuple serbe en un seul État ; de l’autre, les historiens monténégrins parlent d’une « annexion ». Jeudi 1er novembre, le quotidien (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous