Stratis Myrivilis

La Grèce dans la Première Guerre mondiale : La Vie dans la tombe

|

La « vie dans la tombe » est, dans la liturgie orthodoxe, l’hymne du Vendredi saint, déploration funèbre dans l’attente de la Résurrection. Pour Stratis Myrivilis, c’est l’enfer des tranchées durant la Grande Guerre. Publié à Mytilène en 1924 et remanié par l’auteur jusqu’en 1956, La Vie dans la tombe a été traduit dans une dizaine de pays, dont la France (1933) mais dans une édition amputée ne rendant pas compte de cette œuvre majeure, une des plus célèbres de la littérature grecque moderne.

Le livre se présente comme le journal intime d’un jeune Grec de Mytilène (Lesbos), Antonis Cotsoulas, engagé volontaire sur le front d’Orient. Il retrace ses épreuves et son évolution intérieure, de l’élan juvénile initial à la désillusion d’un patriotisme lucide teinté d’antimilitarisme. Si l’auteur, pour ménager sa liberté d’expression, recourt aux artifices de la fiction, il n’emploie jamais le mot « roman ». Son livre est avant tout un témoignage d’un réalisme extrême sur la vie quotidienne dans les tranchées. On y croise tous les desservants de cet « abattoir international en folie » (Céline), gradés arrogants ou humbles héros, déserteurs ou victimes résignées. Ce monde d’en-bas a pour contrepoint rêvé le paradis perdu de Mytilène, avec sa lumière, les parfums de sa flore, ses couleurs et ses rivages. Au service de son œuvre, Myrivilis forge une langue neuve, un « démotique » proche de la langue orale, ponctué de régionalismes expressifs, de créations verbales pures qui, par son sens du rythme, s’élève à la hauteur d’une prose d’art. Cet irrécusable document est aussi un manifeste littéraire.

Stratis Myrivilis (1892-1969), de son vrai nom Michaïl Stamatopoulou, est né à Mytilène au temps de la domination ottomane. Il a participé aux Guerres balkaniques (1912-1913), à la Grande Guerre et à l’expédition d’Asie Mineure (1921-1922). Auteur de nouvelles pour l’essentiel, il a donné, en deux romans, une suite « mytilénienne » à La Vie dans la tombe (L’Institutrice aux yeux d’or, 1933 ; Notre-Dame la Gorgone, 1953).

... plaidoyer glaçant contre la guerre et son cortège d’horreurs. (Le Soir)

  • Stratis Myrivilis, La Vie dans la tombe, traduit du grec par Louis-Carle Bonnard, Didier Goust et Antoine Protopazzi, Paris, Les Belles Lettres, 2016, 382 pages
  • Prix : 23.00 €
  • En savoir +