Gabriela Adameşteanu

Retour sur la révolution roumaine • Les Années romantiques

|

Les Années romantiques, pour Gabriela Adameşteanu, sont les années qui ont vu la fin de la dictature de Ceauşescu, la naissance d’une nouvelle Roumanie et l’entrée du pays dans la communauté européenne. Pour rendre compte de ces évènements, elle avait occupé une position privilégiée en tant que journaliste. Ainsi, entre 1991 et 2005, elle était commentatrice politique et rédactrice en chef de la revue 22, l’hebdomadaire du Groupe pour le dialogue social. Cependant ce "journal" n’est pas seulement un témoignage, il est aussi l’oeuvre littéraire d’une grande romancière. Qui en parle dans ces termes :

"Ce livre-ci, dans sa totalité, s’est écrit en moi, contre ma volonté. (...) j’ai réfléchi à un livre qui prolongerait ce que j’avais écrit spontanément. Voilà comment j’en suis venue à écrire un livre mettant en jeu la "mémoire involontaire" que j’avais découverte à vingt ans en lisant Proust : à la fois des mémoires et un essai. L’épisode de mon accident de voiture de février 1990, tel que je l’ai raconté dans Lettre internationale, a constitué la semence de ce livre. (...) Ce livre représente à mes yeux une dette envers le passé récent. Je l’ai écrit parce que je me sens tenue, moi aussi, de donner ma version des évènements vécus. beaucoup d’années ont passé, pendant lesquelles j’ai réfléchi au "projet" de ce livre."

Préface de Jean-Yves Potel.

Gabriela Adameşteanu , journaliste, romancière et nouvelliste, est considérée comme une des voix les plus importantes de la littérature roumaine, aux côtés de Norman Manea et Mircea Carterescu. Elle est notamment l’auteur d’Une Matinée perdue (206), de Vienne le jour (2009), et de Situation provisoire (2013), trois titres publiés chez Gallimard, ainsi que de Gare de l’Est, un recueil de nouvelles, aux éditions Non Lieu.

  • Gabriela Adameşteanu, Les Années romantiques, Paris, Non Lieu, 2019, 334 pages