Essai | Agustín Cosovschi • Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995)

|

Présentation

En puisant dans un large corpus de publications scientifiques, de documents de presse et d’archives, complété par des entretiens personnels avec des chercheurs et chercheuses en Serbie et en Croatie, cet ouvrage propose un examen critique de l’univers des sciences sociales yougoslaves pendant la période de crise qui va de la mort de Josip Broz Tito en 1980 à la fin de la guerre en Croatie et en Bosnie en 1995.

L’auteur montre que, malgré leur inéluctable position de faiblesse face aux grandes transformations politiques, économiques et sociales en Yougoslavie, de nombreux chercheurs et chercheuses réussissent à préserver certains espaces d’autonomie pendant cette période de crise. Par ailleurs, il souligne que, malgré la rupture que signifie le début de la dissolution yougoslave en 1991, il existe de nombreuses continuités conceptuelles et théoriques entre les années 1980 et les années 1990.

En se servant du monde des sciences sociales comme d’un prisme pour analyser la dissolution de la Yougoslavie, cet ouvrage offre des pistes de réflexion sur la crise du projet socialiste yougoslave et donne un récit actualisé et rigoureux de la crise et de la désagrégation yougoslaves.

  • Agustín Cosovschi, Les sciences sociales face à la crise Une histoire intellectuelle de la dissolution yougoslave (1980-1995), Paris, Karthala, 2022, 246 pages, 25 euros.

L’auteur

Agustín Cosovschi est historien, spécialiste de la guerre froide et du Sud-Est européen. Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et de l’Université nationale de General San Martin (Argentine), il est actuellement chercheur postdoctoral. Ses travaux portent sur la politique yougoslave de non-alignement et sur l’histoire de la dissidence en Europe de l’Est.

Tables des matières

Note sur la prononciation
Sigles et acronymes

Introduction. Les sciences sociales dans un monde en dissolution

1. Entre le Comité Central et la Commission Fulbright (1945-1980)
La Yougoslavie socialiste, autogestionnaire et nonalignée
L’âge d’or des sciences sociales yougoslaves
Libéralisation intellectuelle et internationalisation de la science
Naissance et évolution de la sociologie, des sciences politiques et de l’ethnologie
• La sociologie, entre l’homme et le système
• Les sciences politiques : la science du partiet de l’État
• Une science à deux faces : le cas de l’ethnologie et de l’anthropologie
Le groupe Praxis
Le crépuscule des années 1970 : le retour de la censure
et la crise du système

2. Les sciences sociales et la crise yougoslave (1980-1985)
Les défis d’une nouvelle époque
La crise du post-titisme
La sociologie face à la crise du système
Le système politique en débat
La Constitution de 1974
La question de la Serbie
Les intellectuels face à la crise politique et l’intervention de Jovan Mirić
Penser la nation

3. Le pouvoir de la critique et la critique du pouvoir (1986-1990)
La légitimité du régime en déclin
Le monde des sciences sociales dans les années 1980 : entre dissidence politique et coexistence pacifique
La nationalisation des masses
Du conflit des intellectuels à l’arriveé de Slobodan Milošević
Politique de masse et symbolique nationale
Les sciences sociales face à la fin du socialisme
De la pluralisation à la dissolution du parti
Penser la fin du socialisme
Une ouverture vers l’avenir ?

4. Les sciences sociales en Serbie et en Croatie face à la guerre
De l’ouverture politique à la dissolution violente
Les intellectuels et scientifiques yougoslaves : entre engagement politique et dissolution de la communauté
L’engagement des intellectuels
La dissolution de la communauté scientifique yougoslave
Un décalage dans l’expérience et dans l’interprétation
Guerre, engagement politique et mission nationale : le cas de l’ethnologie croate
La politisation de l’ethnologie croate
L’ethnologie de la guerre
L’impact et la signification du livre

5. La réinvention de la tradition. Nation et nationalisme en Serbie et en Croatie dans les années 1990
Vers une redéfinition ethnique de la communauté politique
L’impact du nationalisme sur le monde intellectuel et scientifique
Le nationalisme dans la vie intellectuelle
La polarisation intellectuelle : le cas de l’« Autre Serbie »
La polarisation culturelle
Comprendre le nationalisme, déconstruire la nation
Le nationalisme, un concept toujours ouvert
La sociologie et la question nationale : entre impressions et mesures
Les sciences politiques face au conflit national
L’ethnologie et l’anthropologie face à la question nationale
• La montée nationaliste et ses effets
• Deux regards sur les rapports entre politique et tradition : Ivan Čolović et Slobodan Naumović
• Corollaire : la question de la modernisation

6. Les avenirs possibles. Le problème de la transition
Entre autoritarisme et crise économique
La démocratie limitée
L’effondrement économique : le prix d’une dissolution violente
L’effondrement de la tour d’ivoire : la recherche et l’enseignement face aux pressions politiques et économiques
L’université ciblée
Détruire la science « rouge » : le cas de l’IDIS
La recherche en temps de pénurie
« Quo vadis Jugoslavijo » ? Réflexions autour de la transition politique et économique
Un concept à cheval entre le communisme et le postcommunisme
• Les sciences sociales discutent de la transition
• Entre modèles et déviations, entre institutions et culture
• Pas de leader pour la transition ? Le problème de l’acteur
• Le cul-de-sac de l’histoire
• Un temps d’incertitude
• De nouvelles idées pour un nouveau monde (I) : le choix rationnel
• De nouvelles idées pour un nouveau monde (II) : penser les limites de la périphérie
Transition et condition périphérique

Conclusions