Balkans : l’agriculture sacrifiée, la colère des agriculteurs

Concurrence déloyale, difficile accès aux marchés européens, achats massifs de terres par des investisseurs étrangers, faible soutien des politiques publiques : dans les Balkans, beaucoup d’agriculteurs peinent à survivre, que leurs pays soient déjà membres de l’Union européenne ou seulement encore candidats. Et l’exode rural achève de vider les campagnes.

• La Roumanie reste l’un des pays les plus ruraux et les plus agricoles de l’Union européenne. 7,8% de la population étaient employés dans l’agriculture en 2014 et celle-ci pesait 4,1% du PIB en 2019. En Bulgarie, ce chiffre monterait à 5% du PIB. • Selon la Commission européenne, en 2019, l’agriculture représentait 2,9% du PIB de la Macédoine du Nord, 7,5% du PIB de la Serbie et de la Turquie, 8% du PIB du Monténégro et 22,9% de celui de l’Albanie.

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous