Revue | L’atelier du roman N° 106 • Danilo Kiš - La voix de l’art

|

Danilo Kiš

Danilo Kiš (1935-1989) est l’un des plus grands écrivains du XXe siècle qui continue d’être, malheureusement, très peu connu. Dans ce numéro nous sommes réunis pour parler exclusivement de son œuvre. Nous sommes trente et de plusieurs pays. Nous n’avons qu’un désir : voir enfin Danilo Kiš reconnu du grand public. Non seulement par souci de justice ; il y a tant de grands écrivains injustement oubliés…


Table-ronde « Danilo Kiš, un contemporain indispensable », animée par Pascale Delpech, lors des IIIe Rencontres littéraires du Courrier des Balkans, à Arcueil, le 5 février.


Sauf que Kiš nous est nécessaire. Car son œuvre, déployée sur fond de l’expérience du nazisme et du communisme, parle d’un mal qui ronge la conscience européenne depuis un siècle, d’un mal qu’aucune victoire sur les champs de bataille n’arrivera à dissiper. Peut-on le dissiper par l’art ? La voix de Kiš n’est pas celle d’un guide ou d’un prophète. C’est la voix de la création. C’est la voix du beau, la voix qui illumine l’esprit dans le brouillard du monde qui nous entoure. Brouillard de plus en plus épais du fait d’une production littéraire mise au service de la victimisation. Dans ce sens, l’œuvre de Kiš est actuelle plus que jamais.

  • L'atelier du roman N° 106 • Danilo Kiš - La voix de l'art, Buchet-Chastel, 207 pages, 20 euros

Sommaire

Guy Scarpetta, Réflexions éparses sur (et autour de) Danilo Kiš
Ilma Rakusa, Écrire contre l’évanescence – Danilo Kiš et son art du Non
 omnis moriar
Filip Čolović, Kiš et moi ou Des raisons intimes pour écrire le roman 
Une comptine pour Andréas Sam
Božidar Stanišić, L’écrivain sur le banc des accusés – Notes sur La Leçon 
d’anatomie, de Danilo Kiš
Mark Thompson, L’empreinte de Beckett
Viktórija Radičs, Pourquoi il faudrait que je lise Kiš encore plus attentivement
Christian Salmon, Guerre au kitsch !
Aleksandar kostić, Les variations de Kiš sur le thème de la rencontre entre 
la vie et la littérature – de La Mansarde à l’Encyclopédie des morts
Adrian Mihalache, La lecture : ennemi de l’écriture ?
Reynald Lahanque, Biographies brisées
Danilo Kiš, Homo poeticus malgré tout
Massimo Rizzante, Du début à la fin : comment donner l’essentiel d’une existence ?
Katharina Wolf-Grießhaber, Une bombe de la grosseur d’un mot
Norbert Czarny, Des tombes vides
Denis Grozdanovitch, Le petit garçon et l’archange du grand sommeil
Muharem Bazdulj, La vie littéraire après la mort
Sylvain Prudhomme, Rien ne sera oublié
Simona Carretta, Le même et l’autre
Slobodan Šabeljić, Mon ami Danilo
Joël Roussiez, Renoncer à la cohérence – Une esthétique pour Sablier
Ivana Velimirac, Quelques fragments sur Danilo Kiš
Danilo kiš, Conseils à un jeune écrivain
Antonio Muñoz molina, Le fabulateur et le témoin
Miljenco jergović, Le vol de l’Encyclopédie des morts – « Il est glorieux de 
mourir pour la patrie », une lecture
John Cox, Une fondation pour tout – La confession d’un admirateur à peine 
caché de Danilo Kiš
Olivier Maillart, Sonate de spectres – À propos d’Un tombeau pour Boris Davidovitch
Davor Beganović, Suum cuique – Le combat de Danilo Kiš pour le droit et 
la justice
Éric Naulleau, Un tombeau pour Danilo Kiš
Jean-Pierre Morel, La mille et unième fois
Midhat Kurtović, Qu’avons-nous appris d’Un tombeau pour Boris Davidovitch ?
Baptiste Arrestier, Rien n’est plus réel que la fiction – Réflexions sur le 
scandale Danilo Kiš
Lakis Proguidis, L’antenne de l’espèce