Balkans : un manuel d’histoire en commun pour dépasser les « romans nationaux »

| |

Dans les Balkans, les manuels d’histoire sont des armes de guerre. Ils condensent et simplifient le passé des communautés nationales, ils excluent les autres de leur champ de vision. Mené depuis Thessalonique, un projet pilote essaie, au contraire, de rassembler les matériaux d’une histoire commune : les volumes consacrés à l’histoire contemporaine viennent de sortir, et provoquent polémiques et débats à travers toute la région.

Par Marco Abram Dans tous les pays des Balkans, de nombreux chercheurs dénoncent depuis longtemps le rôle joué par les manuels d’histoire dans la reproduction de logiques nationalistes qui se sont propagés dans les années 1990. Dans le même temps, le rapport au passé est souvent au centre des projets pour la réconciliation, qui ne se joue pas qu’au niveau de la diplomatie mais aussi à celui de la société civile. C’est ce qui a poussé le Centre pour la démocratie et la réconciliation en Europe du sud-est (CDRSEE), basé à Thessalonique, à réunir des chercheurs issus de tous les pays de la région, de la Slovénie jusqu’à Chypre, pour repenser la façon (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous