Bulgarie : pro-Poutine et pro-Trump, le nouveau président met un peu d’Europe dans son vin

| |

Largement présenté comme candidat favorable au Kremlin, Roumen Radev (PSB) s’est pressé d’équilibrer son image pro-russe en réservant sa première visite en tant que chef de l’État bulgare à Bruxelles et il a rappelé que l’UE et l’OTAN étaient des « choix stratégiques » du pays qui « ne devraient pas être remis en question ».

Par Tatiana Vaksberg Élu en novembre dernier à la tête de l’État bulgare avec 59,35 % des voix, l’ancien général de l’armée de l’air Roumen Radev prend ses fonctions aujourd’hui. Et suite à sa large victoire (de plus de 23 % des voix) sur la candidate du GERB, le parti centre-droit du Premier ministre, Boïko Borissov a présenté la démission de son gouvernement. Pour commencer son quinquennat, le nouveau président doit donc désigner un gouvernement de service qui lui sera subordonné et fixer une date pour les élections législatives anticipées. Cette forte présence de l’exécutif, même si elle n’est que temporaire, n’est pas d’usage : en dehors des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous