Ramush Haradinaj : « je suis un otage politique de la Serbie en France »

|

La Cour d’appel de Colmar a renvoyé au 6 avril sa décision sur la demande d’extradition de Ramush Haradinaj. Le Kosovo dénonce une décision « politique », tandis que l’ancien commandant et ancien Premier ministre se proclame « otage de la Serbie en France ».

(Avec agences) — Ramush Haradinaj restera en résidence surveillée en France. Ce jeudi matin, la Cour d’appel de Colmar a renvoyé au 6 avril sa décision sur la demande d’extradition présentée par la Serbie. L’ancien commandant de l’UÇK et ancien Premier ministre du Kosovo, déjà acquitté à deux reprises par le TPIY de La Haye avait été arrêté le 4 janvier à l’aéroport international de Bâle-Mulhouse, sur la base d’un mandat d’arrêt transmis par la Serbie à Interpol. « C’est un détournement de la justice. Je suis un otage politique. Ce procès a moins à voir avec le droit qu’avec la politique. La guerre de 1998-1999 a déjà été jugée par le TPIY. Tous ceux qui sont (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous