Le Courrier de la Serbie

Serbie : le cinéma documentaire doit encore trouver sa place

| |

L’Institut français de Serbie a organisé une table-ronde sur la situation du film documentaire en France et en Serbie, à l’occasion de la présence à Belgrade du réalisateur Nicolas Philibert venu présenter son film « Nénette » en ouverture du Festival les « 7 Magnifiques ». Le réalisateur serbe Boris Mitić a dressé un sombre tableau de la situation du documentaire en Serbie.

Par Siméon Mirzayantz « Le film documentaire n’est pas pris au sérieux en Serbie ! Les réalisateurs font des films non par conviction mais par calcul… » Le réalisateur serbe Boris Mitić, auteur du film « Pretty Diana », a dressé un bilan amer. Bien qu’il y ait de plus en plus de films documentaires produits en Serbie (officiellement 9 en 2010 contre 1 en 2004 selon Filmski Centar Srbije, le Centre serbe du cinéma), ceux-ci sont souvent réalisés à la hâte, et le résultat est souvent médiocre. Retrouvez notre dossier : Le cinéma « yougoslave » : âge d’or, éclatement, nouvelle créativité ? Découvrez notre cahier Les Balkans sur grand écran. Panorama (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous