Roumanie : un an après l’incendie du Colectiv, un drame sans coupables ?

| |

Une boîte de nuit qui brûle, 64 morts et un Premier ministre qui démissionne. Le tragique incendie de la discothèque Colectiv, à Bucarest, s’est produit dans la nuit du 30 au 31 octobre 2015. Quatre jours plus tard, des manifestations citoyennes poussaient Victor Ponta à la démission. Pourtant, un an après la tragédie, les victimes et leurs proches attendent toujours que la justice fasse son travail.

Par Aline Fontaine Depuis l’incendie du Colectiv, le 30 octobre 2015, de nombreux Roumains réalisent avec impuissance que leur pays est malade. Parce que des dizaines de blessés ont dû être envoyés à l’étranger faute de pouvoir être soignés sur place. Parce que le cri de colère lancé au lendemain de l’événement par des milliers de manifestants, dénonçant le système en place, ne semble pas avoir atteint les oreilles des juges. Ttrois enquêtes pénales ont été ouvertes pour savoir qui devra répondre de ce drame devant la loi, mais aucune n’a encore abouti à un jugement. Les propriétaires de la boîte de nuit et les gérants de l’entreprise de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous