Kosovo : des salariés muselés par la peur du chômage

| |

Qui ose encore faire grève et revendiquer ses droits au Kosovo ? Sûrement pas les 2 200 employés de la KEDS, l’EDF kosovar, qui vivent dans la hantise des licenciements depuis la privatisation de leur entreprise.

Par Amra Zejneli Au Kosovo, la peur du licenciement retient les travailleurs de se révolter. Vu le fort taux de chômage, la plupart préfèrent « oublier » leurs droits. C’est notamment le cas dans la compagnie récemment privatisée de distribution d’électricité du Kosovo (KEDS). 80 salariés viennent d’être licenciés et 200 autres sont sur la sellette. La KEDS, privatisée en 2013, est à présent gérée par le consortium turco-américain Čalik-Limak, qui a déboursé la modique somme de 26,3 millions d’euros pour l’acquérir. À compter du 7 mai, le gouvernement du Kosovo cessera d’exercer une surveillance sur le respect du contrat de privatisation de KEDS, ce (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous