Réfugiés : ordinaire violence policière à Idomeni

| |

Mardi, des heurts ont à nouveau opposé des dizaines de réfugiés aux forces de sécurité macédoniennes, qui ont répondu à grand renfort de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, alors que les chefs d’Etat macédonien, croate et slovène visitait le camp de Gevgelia. A Idomeni, la (sur)vie suit son court.

Par Julia Druelle La scène deviendrait presque banale à Idomeni. Sous le soleil printanier, des dizaines de personnes courent le long du grillage qui marque la frontière, alors que les traces des grenades de gaz lacrymogènes tirées de Macédoine lacèrent le ciel. De nouveau, mardi, des réfugiés ont tenté de forcer le grillage qui sépare la Grèce de la Macédoine. Dimanche, plus de 260 personnes ont été blessées lors d’événements similaire. La police grecque tente de repousser la foule des abords immédiats du grillage, mais le groupe court s’attaquer aux barbelés un peu plus loin. Après les incidents de dimanche, la Grèce avait dénoncé la « (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous