Le Courrier de la Serbie

Élections en Serbie : génération démotivée

|

À peine 10% des jeunes sont allés voter aux présidentielles en Serbie. Beaucoup ne croient plus aux promesses de changement des partis démocratiques, jugés corrompus. Un leitmotiv : pour ces déçus de la politique, pour qui les frustrations s’accumulent, Tomislav Nikolić, le leader du parti radical, est « le seul à être honnête ». À la rencontre des jeunes électeurs nationalistes, de ceux qui rêvent, au contraire, d’ouverture, et de ceux qui n’attendent rien de la politique.

Par Gaëlle Pério « Moi, je vais voter Nikolić. » Vladimir, 19 ans, est péremptoire. Pas l’ombre d’un doute chez ce jeune homme au blouson Bomber noir usé. Un an de droit de vote et déjà le discours d’un vieux militant. « Je suis marxiste-léniniste. Tomislav Nikolić est le seul type honnête et intègre de ce scrutin. C’était mieux avant. Mes parents, mes grands-parents me l’ont raconté : avant on avait un travail garanti, un appartement, on était fiers d’être Yougoslaves. » La yougonostalgie de ces jeunes nés après la mort de Tito les fait remplir désormais les meetings du leader radical. Les membres de son service du Protocole, casquettes bleues (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous