Roumanie : un patrimoine historique riche et fragile

Depuis la chute de Ceaușescu, une dizaine de traditions, sites et monuments roumains ont été classés par l’Unesco. Une reconnaissance universelle qui garantit leur protection et renforce l’attrait touristique du pays. Mais dans leur ombre, tout un pan du patrimoine de la Roumanie reste menacé par la dictature de l’argent et le désintérêt des politiques pour la culture et l’environnement.

La Roumanie à l’Unesco Patrimoine culturel monastère de Horezu, en Transylvanie (1993) églises de Moldavie (1993) sites villageois avec églises fortifiées de Transylvanie (1993) forteresses daces des monts Orăștie, en Transylvanie (1999) églises en bois de Maramureș (1999) centre historique de Sighișoara (1999) Patrimoine immatériel rituel du căluş (2008) doina (2009) savoir-faire de la céramique de Horezu (2012) colindat (2013) danse des garçons (2015) Patrimoine naturel delta du Danube (1990) 14 autres biens ont été soumis à ce jour à la liste indicative de l’Unesco Chronologie 1982 : à Bucarest, des milliers de maisons et bâtiments (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous