La fuite des cerveaux, premier des défis en Bosnie-Herzégovine et en Serbie

| |

La Serbie arrive en deuxième position mondiale au hit-parade de la fuite des cerveaux, la Bosnie-Herzégovine au cinquième rang. Cet exode massif des jeunes diplômés s’explique par l’état général des sociétés de ces deux pays, dominées par la corruption et le népotisme, mais quelles en sont les conséquences ? Les jeunes ont-ils vraiment perdu tout espoir de faire changer la situation ? Dialogue entre Belgrade et Sarajevo.

Propos recueillis par Omer Karabeg Les interlocutrices d’Omer Karabeg sont Anita Mitić et Alma Mašić, respectivement directrices des antennes de Belgrade et de Sarajevo de l’Initiative des jeunes pour les droits de la personne. Radio Slobodna Europa (RSE) : Existe-t-il des données officielles sur le nombre de jeunes qui ont quitté la Serbie l’année dernière pour chercher un emploi à l’étranger ? Anita Mitić : Les chiffres officiels pour 2015 n’ont pas encore été publiés. A une époque, certains de ces jeunes revenaient, mais désormais il semble qu’une fois partis, ils ne reviennent plus. Même s’ils ne réussissent pas à obtenir un emploi dans leur (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous