Roumanie : la destruction programmée des chemins de fer

| |

Infrastructure fatiguée, locomotives usées, wagons mal entretenus... Comment les chemins de fer roumains, l’une des rares entreprises publiques rentables dans les années 1960 et 1970, sont-ils tombés si bas ? Explications.

Par Adrian Deoancă Les chemins de fer roumains appartiennent à l’État depuis 1889, date à laquelle toutes les lignes construites par un consortium d’entreprises occidentales ont été nationalisées et administrées par l’entreprise Căile Ferate Romane (C.F.R.). Pendant l’époque socialiste, la centralisation héritée de l’entre-deux-guerres s’est accélérée, le transport ferroviaire ayant acquis un rôle-clé dans la planification économique. Le système de transport sur rails a donc été intégré aux budget national et placé sous le contrôle direct de l’État, au même titre que toute la planification des infrastructures et de la construction, les services de (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous