Remunicipalisation de l’eau : la bataille de Bucarest

| |

Depuis la privatisation de l’eau en Roumanie, son prix ne cesse d’augmenter. En septembre 2015, à Bucarest, ApaNova, filiale roumaine du géant français Veolia Generale des Eaux, a été accusée d’évasion fiscale à hauteur de cinq milliards d’euros, avec l’aide de politiciens corrompus. À gauche, des voix s’élèvent pour une « remunicipalisation » de la gestion de l’eau, à l’exemple de la ville de Paris.

Par Florina Presada En septembre 2015, les procureurs roumains de la lutte anti-corruption ont ouvert une enquête sur les intermédiaires agissant au nom de l’entreprise privée ApaNova/Veolia, chargée de la distribution de l’eau à Bucarest : des conseillers municipaux auraient reçu des pots-de-vin en échange de leur appui à des hausses de tarif. Les procureurs ont démontré qu’entre 2008 et 2015, les tarifs en vigueur avaient plus que doublé. D’autres enquêtes ont abouti à la mise en accusation de l’entreprise pour évasion fiscale à hauteur de 5 milliards d’euros. Bucarest a privatisé la distribution de l’eau en 2000. La Banque mondiale et (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous