Recherche académique : Pourquoi étudier les Balkans depuis la France ?

| |

Au mois de juin dernier, l’université d’Aix Marseille accueillait les Deuxièmes rencontres d’études balkaniques. Intitulé « A la recherche des Balkans : entre Europe et Méditerranée ? », le colloque international avait pour but de créer un espace de dialogue pour les chercheurs travaillant sur les pays du Sud-est européen et de questionner si « les Balkans sont encore d’actualité ? ». A l’heure de la rentrée universitaire, on peut se demander quelle est la place de cette aire culturelle dans la recherche française ? Entretien avec deux géographes, spécialistes des Balkans, ayant participé à l’organisation de cet événement.

Propos recueillis par Jovana Papović Amaël Cattaruzza est Maître de conférences au Centre de Recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Géographe, spécialisé en géopolitique, il s’intéresse plus particulièrement aux questions de frontières dans le monde (identité, sécurité) et à la région des Balkans Pierre Sintès est Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille, rattaché à l’unité de recherche TELEMME. Géographe, il travaille sur les transformations sociales et politiques en Grèce et dans les pays des Balkans ainsi que sur les migrations internationales, les mobilités et les diasporas. Le Courrier des Balkans (CdB) : Vous êtes tous deux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous