Privatisations en Croatie, ou comment faire du cash au détriment de l’intérêt public

| |

Le gouvernement croate ne poursuit pas seulement un agenda révisionniste de réhabilitation des oustachis, les privatisations sont au coeur de sa stratégie économique, et il s’apprête à relancer la grande braderie des biens publics. Une stratégie à très courte vue, comme le démontre l’économiste Marko Grdešić.

Par Marko Grdešić Le 11 mai 2016, lors d’une réunion téléphonique, le gouvernement a retiré à une série d’entreprises leur caractère « stratégique », ouvrant ainsi la voie à leur privatisation. Il s’agit d’ACI Marine, de la compagnie aérienne Croatia Airlines, du port de Rijeka, de Croatia Banka, Petrokemija, Končar, Podravka et Croatia Osiguranje. En avril avait cependant été annoncée une variante encore plus ambitieuse des projets de privatisations : le Bureau de gestion des propriétés publiques (DUUDI) avait alors lancé une procédure d’estimation de la valeur de pas moins de 54 entreprises. L’ampleur finale des privatisations à venir pourrait (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous