Monténégro : comment ébrécher le système Đukanović ?

| |

Il a fallu des mois de tractations, mais Milo Đukanović va finalement ouvrir son gouvernement à quelques représentants de l’opposition. Objectif : garantir l’organisation d’élections « justes » en octobre prochain. Ce n’est pourtant sûrement pas le dernier soubresaut de la longue crise politique que traverse le Monténégro, alors qu’il s’apprête à fêter le dixième anniversaire de son indépendance. Les explications de Žarko Rakčević.

Propos recueillis par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico Fondateur du Parti social-démocrate du Monténégro (SDP), opposant de la première heure à la guerre et au nationalisme, Žarko Rakčević, a combattu le régime de Milo Đukanović dans les années 1990, quand celui-ci était le relais local de Slobodan Milošević. Il devient vice-Premier ministre en 1998, au moment où Podgorica se détache de l’orbite de Belgrade, mais il renonce à ce poste en 2003, rejetant la création de l’éphémère Union de Serbie et Monténégro, et se retire de la politique pour douze années. Il a créé en 2015 le « mouvement citoyen » URA. Le Courrier des Balkans (CdB) (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous