Macédoine : la course aux législatives est (re)lancée, que peut-on espérer ?

| |

Le Parlement a été dissout lundi en vue des législatives anticipées, finalement fixées au 11 décembre. Attendues depuis près d’un an, ces élections doivent mettre fin à la crise politique qui dure depuis plus de deux ans. Mais faut-il y croire ? L’analyse du sociologue et militant Artan Sadiku.

Par Artan Sadiku Si l’on examine la scène politique macédonienne (paisible) depuis la rentrée, on serait tentés de croire que l’on est entré dans une phase de stabilisation. Il semblerait que les cocktails estivaux aient calmés les mauvaises langues de l’élite politique. Force est en effet de constater le manque d’action des quatre grands partis politiques depuis l’accord de Pržino 2 passé en juillet 2016, un an après le premier, qui s’est soldé par un échec. Ces deux accords conclus grâce l’effort considérable de la communauté internationale, ont été les deux fois précédés par une mobilisation civile sans précédent, qui dure elle, depuis plus (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous