Littérature : grandir en Bulgarie pendant l’interminable « transition »

| |

Comment passe-t-on de Iouri Gagarine à Kurt Cobain ? Le mur de Berlin tombe et de nouveaux héros viennent remplacer les anciens. Voilà ce que nous conte Elitza Gueorguieva dans son premier roman, Les cosmonautes ne font que passer. En retraçant le récit d’une double transition, celle son héroïne, qui passe de l’enfance à l’adolescence, et celle de son pays, la Bulgarie, qui va du communisme à la démocratie, l’auteure installée en France depuis quinze ans, décrit, non sans ironie, les démêlées de la petite et de la grande histoire. Elitza Gueorguieva vient de recevoir le prix SGDL André Dubreuil du premier roman. Rencontre.


Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous