Les « Dossiers des chefs » : le PDK gère le Kosovo comme un fief privé

| |

Pour prendre la direction d’une Agence publique, pas besoin de diplômes ni de passer d’entretien, il suffit d’avoir l’aval d’Adem Grabovci et d’Hashim Thaçi... Les écoutes téléphoniques dévoilées par le site Insajderi révèlent comment le PDK a privatisé l’Etat et les institutions publiques, mettant au pas la justice et les députés.

Par Vehbi Kajtazi Adem Grabovci est l’homme de l’ombre, celui qui tire les ficelles au sein du Parti démocratique du Kosovo (PDK). Et le chef du groupe parlementaire de ce mouvement n’obéit qu’à deux personnes : Hashim Thaçi et Kadri Veseli. Tous le monde appelle Adem Grabovci « le chef ». Et c’est bien comme cela qu’il se comporte, quand il doit abuser de son autorité officielle. Les écoutes téléphoniques révélées par le site d’investigation Insajderi montrent sa puissance et celle de son parti. Ces écoutes éclairent une série d’initiatives politiques, révèlent des interventions directes dans les travaux parlementaires ou encore les influences (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous