Le Monténégro, un pseudo-« Etat écologique » au défi de la COP21

| |

Le Monténégro a signé l’accord de la COP21, mais pourra-t-il tenir ses engagements, alors que le gouvernement envisage de doubler les capacités de la centrale à charbon de Pljevlja ? Loin de la rhétorique officielle, la situation environnementale du premier « Etat écologique » de la planète ne cesse de se dégrader.

Par Lela Šćepanović Le Monténégro, « Etat écologique » autoproclamé qui présente plusieurs trous noirs comme la centrale thermique de Pljevlja, l’acierie de Nikšić ou le Combinat d’aluminium de Podgorica, sera-t-il capable d’appliquer l’accord conclu à Paris lors de la COP21 ? Le gouvernement veut doubler les capacités de la centrale thermique de Pljevlja et poser un câble énergétique sous-marin vers l’Italie : de tels projets sont-ils compatibles avec l’accord de Paris ? Quel est le rapport de forces entre les lobbies énergétiques et les exigences environnementales ? Aux dires des écologistes, le gouvernement monténégrin n’a jamais respecté la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous