La Roumanie, l’espace Schengen, les « barbares » et les « sauvages »

| |

La « forteresse Europe » est menacée par l’arrivée des « barbares », à savoir les réfugiés venus du Proche-Orient, et elle a délégué aux « sauvages » pays de sa périphérie — la Roumanie, la Bulgarie, la Serbie, la Croatie, la Hongrie – la tache de défendre ses frontières extérieures. La logique profonde de Schengen est celle du mur d’enceinte. L’analyse décapante de Florin Poenaru.

Par Florin Poenaru Récemment, les médias roumains ont massivement relayé l’anecdote selon laquelle deux migrants afghans, passés de Serbie en Roumanie, avaient fondu en larmes en comprenant qu’ils n’étaient pas encore en Hongrie, mais seulement en Roumanie. Pour eux, c’était encore pire que d’être restés en Serbie, car ils allaient devoir demander l’asile en Roumanie, pays non membre de l’espace Schengen, ce qui allait considérablement réduire leur liberté de circulation en Europe. Cette anecdote a profondément blessé les sentiments patriotiques et suscité l’incrédulité des médias roumains. On sentait également une pointe de jalousie envers la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous