Roumanie : une loi contre la liberté des médias ?

| | |

La presse roumaine titrait récemment : « La loi qui a révolté plus de 100 000 Roumains », « La génération Facebook rembarre Dragnea » ou encore « Une loi qui cloue le bec à la presse ». Au lendemain de l’adoption par les députés, le 9 février, de la Commission juridique et de la Commission pour les droits de l’Homme, de la loi sur la diffamation, portée en 2015 par le président du Parti social-démocrate Liviu Dragnea, le scandale a éclaté et les esprits se sont échauffés.

Par Stela Giurgeanu " title="© Gandul" /> L’opinion publique et la société civile accusent la loi Dragnea et ses partisans de s’en prendre à la liberté d’expression et d’étouffer l’appareil législatif en doublant les lois et en inventant des syntagmes ambigus tels que « groupe social » ou « mise en situation d’infériorité ». D’autre part, celui qui est à l’origine de la loi, Liviu Dragnea, fait état d’une « erreur de communication », et défend les intentions nobles de cette loi : promotion de la dignité humaine, éducation à la tolérance à travers des politiques publiques qui garantissent des droits égaux à tous les citoyens. Alors que les libéraux (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous