La Bosnie prise au piège

| |

La crise politique qui ronge la Bosnie depuis des années s’est emballée ces derniers mois : réformes bloquées, démission du Premier ministre, et inattendu happy end, avec une réconciliation de façade entre les politiciens des différents camps. Srdjan Dizdarević, président du Comité Helsinki pour les droits de la personne, que nous avons rencontré fin novembre, décrypte les enjeux de la crise. Affaiblie par l’égoïsme de ses propres politiciens, la Bosnie est prise au piège de l’affrontement entre Russie et USA.

Par Mariama Cottrant Echec puis adoption in fine des réformes, démission du Premier ministre, guerre, pas guerre, jeu de « ni oui ni non » de la part de l’Union européenne...Vous avez certainement du mal à comprendre ce qui est vraiment en jeu. Et la plupart des Bosniens sont comme vous, ils s’éloignent de plus en plus d’un monde politique qui semble ignorer leur existence. Pour avoir une perspective plus claire de la situation, nous avons rencontré Srdjan Dizdarević, président du Comité Helsinki pour les droits de la personne en Bosnie-Herzégovine. Personnage majeur de la vie publique bosnienne, il a été premier secrétaire de l’ambassade (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous