Crimes de l’UÇK : le Kosovo fait tout pour ralentir l’ouverture du Tribunal spécial

| |

Le Tribunal spécial chargé de juger les crimes commis par l’Armée de libération du Kosovo (UÇK) pendant la guerre de 1998-99 doit ouvrir en 2016. Le Parlement de Pristina a d’ailleurs approuvé cette décision en août. Mais depuis rien n’a avancé et les internationaux s’agacent.

Par Lavdim Hamidi et Selvije Bajrami Plusieurs témoins protégés se trouvent en ce moment, avec leurs familles, dans des pays de l’Union européenne. Ces derniers attendent de témoigner dans les prochains mois contre d’anciens dirigeants de l’Armée de libération du Kosovo (UÇK), suite à la validation de la création du Tribunal spécial pour les crimes de guerre. Ouverture du tribunal spécial en 2016 aux Pays-Bas Selon des sources du journal Zëri, ces témoins-clés, des anciens officiers de l’UÇK, ont accepté de témoigner contre leurs anciens camarades lors des procès à venir. « Certains anciens hauts commandants de l’UÇK auraient récemment quitté (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous