Bosnie-Herzégovine : Sarajevo se mobilise pour sauver son hôpital général

| |

Les citoyens de Sarajevo se mobilisent contre la fermeture de l’Hôpital Abulah Nakaš. Un symbole de la ville qui n’a jamais cessé de travailler, même pendant le siège. Derrière cette décision, une querelle politique qui fait fi des intérêts de la population.

Par Rodolfo Toè Plus de 9 000 citoyens de Sarajevo ont signé une pétition refusant la fusion entre l’Hôpital Général Abulah Nakaš et la Clinique universitaire de Sarajevo [UKCS] et des dizaines sont aussi descendus dans la rue. Mi-janvier, pendant trois jours, les militants réunis au sein du groupe Facebook Ne Damo Našu Bolnicu (« Nous ne renonçons pas à notre hôpital ») se sont retrouvés en face de l’hôpital, apportant des messages de soutien aux employés et recueillant des signatures pour empêcher sa fusion dans celle, plus grande, de l’UKCS. Un symbole de Sarajevo La proposition de fermer l’Hôpital général remonte à décembre 2015, quand le (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous