Élections locales en Roumanie : la foire aux corrompus

| |

Dix années de lutte contre la corruption et toujours autant de maires corrompus. Lors des élections municipales du 5 juin, de nombreux édiles visés par une enquête du parquet anti-corruption brigueront un nouveau mandat. Un phénomène qui n’épargne aucun parti. Décryptage.

Par Julia Beurq Qu’ont en commun Olguța Vasilescu (PSD) de Craiova, George Scripcaru (Indépendant) de Brașov, Cătălin Cherecheș (indépendant) de Baia Mare et Tudor Pendiuc (indépendant) de Pitești ? Tous sont maires et briguent un nouveau mandat lors du scrutin du 5 juin. Mais ils ont un autre point commun : tous sont cités dans des affaires de corruption ouvertes par le Parquet anti-corruption (DNA). Cette courte liste n’est que la partie émergée de l’iceberg. Près de la moitié des maires des 48 plus grandes villes roumaines sont suspectés ou jugés pour corruption, principalement dans des affaires d’attribution de marchés publics. Bucarest (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous