Législatives en Croatie : l’héritage antifasciste noyé par le révisionnisme nationaliste

| |

Dimanche, les Croates sont appelés aux urnes pour des législatives anticipées. La coalition clérico-nationaliste entre le HDZ et Most, qui s’est illustrée en réhabilitant le passé oustachi, n’a même pas tenu six mois. La campagne électorale a été marquée par le révisionnisme et le rejet de l’antifascisme, pourtant inscrit dans la Constitution. Quelles peuvent être les conséquences de ces réécritures de l’histoire ? Analyse croisée de trois jeunes historiens croates.

Propos recueillis par Rade Dragojević Josip Jagić, Krešimir Zovak et Stefan Treskanica sont historiens. " title="© Portal Novosti" /> Novosti (N.) : En cette période de campagne électorale, la société croate est polarisée autour de la question de l’héritage antifasciste et les acteurs politiques majeurs ont tous tendance à amenuiser le rôle du Front yougoslave dans l’histoire croate. Pourquoi ce rejet d’un pan de notre histoire ? Peut-on parler de révisionnisme ? Josip Jagić (J. J.) : Je dirais que notre société fait surtout face à l’absence de projet politique promettant un avenir acceptable. Nous traversons une huitième année consécutive (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous