Vrai faux putsch raté au Monténégro : l’ancien chef de la gendarmerie serbe dénonce un coup monté

| |

Un putsch raté le soir des législatives ? L’ancien chef de la gendarmerie serbe, Bratislav Dikić, arrêté au Monténégro le 16 octobre avec dix-neuf individus, dénonce un coup monté. Les preuves contre lui ont été fabriquées de toutes pièces, affirme-t-il. Belgrade assure ne rien savoir. Mais d’autres personnes, soupçonnées de fomenter un coup d’État au Monténégro, ont depuis été interpelées en Serbie, a déclaré le Premier ministre serbe Vučić.

Par Bojana Jovanović Bratislav Dikić avait certes des objections à la liste des objets confisqués lors de son arrestation mais, comme le précise le rapport, il a tout de même fini par signer. Les clefs et le téléphone trouvés sur lui, affirme-t-il, ne lui appartiennent pas : ils lui ont été remis par un policier peu avant son arrestation. Il soutient avoir insisté pour que soient publiés le répertoire et la liste des appels passés et reçus sur ce téléphone, et souhaite être soumis à un détecteur de mensonges. Bratislav Dikić aurait également évité de justesse d’être arrêté dans une maison où des armes étaient entreposées. « On m’a appelé pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous