La Croatie au miroir du football : nationalisme ou démocratie ?

| |

Le football croate est toujours malade de l’idéologie nationaliste des années 1990, mais de nouveaux mouvements demandent plus de démocratie et plus de transparence au sein des institutions de la Fédération croate. Entretien avec Dario Brentin, sociologue au Centre pour les études sud-est-européennes de l’Université de Graz.

Propos recueillis par Igor Lasić Igor Lasić (I.L.) : Le monde du football est tristement connu dans les Balkans comme un vecteur du nationalisme. Vos recherches portent sur l’évolution de ce phénomène ces dernières décennies. Avez-vous identifié plusieurs époques ? Dario Brentin (D.B.) : Il y a des variations de l’intensité des manifestations nationalistes dans les stades au sein des sociétés post-yougoslaves, des oscillations liées aux crises sociales et aux conflits. Ainsi, à la fin des années 1980, les stades de foot en Yougoslavie étaient des lieux l’on mobilisait le plus les idéologies nationalistes. Celles-ci étaient dirigées contre la (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous