Croatie : la « révolution nationale » ultra-réac se poursuit au ministère de la Culture

| |

Des fonds publics pour la revue d’extrême droite Hrvatsko Slovo mais pas pour l’édition croate du Monde diplomatique ni pour l’organisation de la Gay Pride de Zagreb... Ceux qui espéraient un changement après le départ de Hasanbegović en seront pour leurs frais. La nouvelle ministre de la Culture, la technocrate Nina Obuljen Koržinek, poursuit la même politique.

Par Ana Brakus C’est une technocrate, dont les plus grandes qualités seraient ses compétences et sa bonne connaissance des dossiers, mais aussi son passé « décent » et « présentable », sans l’ombre du moindre béret oustachi. La nouvelle ministre de la Culture, Nina Obuljen Koržinek, déçoit ceux qui espéraient un vrai changement, après le dramatique épisode Zlatko Hasanbegović. Par contre, pour ceux qui n’attendaient pas grand-chose d’elle, la répartition des crédits du ministère, récemment annoncée, ne constitue pas une surprise. La ministre a partagé 80 millions de kunas (10,61 millions d’euros), en marchant fidèlement dans les pas de son (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous