Langues étrangères : comment j’ai (presque) échoué à apprendre le slovène

| |

Vivre en Slovénie est une lourde responsabilité pour un francophone. Ce type d’expatriation implique d’expliquer à la France entière où est située la Slovénie, si les femmes y sont blondes et plantureuses… mais surtout de se confronter à « la langue la plus difficile à apprendre au monde ! ». Retour d’expérience d’un primo-apprenant.

Par Charles Nonne Le slovène est réputé pour être une langue difficile chez ceux qui ne le parlent pas ; la prononciation des mots pourrait être une discipline olympique en soi, les déclinaisons sont interminables, le vocabulaire peut causer un choc à première vue (essayez « vzdržljiv » sans échauffement – dites « ouzedeurjliou »). Mais la langue est l’un des piliers glorieux de la nation slovène. Les locaux peuvent se vexer si on leur parle en serbo-croate, même si leur sensibilité est émoussée après que des milliers de touristes ont cru bon de confondre la Slovénie avec la Yougoslavie, l’Autriche, la Slavonie, la Slovaquie, et tant d’autres. (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous