Cinéma : avec Adis Bakrač, un nouveau regard sur la Bosnie-Herzégovine

| |

Avec son film Gola Koža (« Peau Nue »), qui devrait sortir en 2009, Adis Bakrač nous donne une vision nouvelle de la Bosnie. Il nous parle du présent, du passé, mais porte également un regard optimiste sur la destinée des enfants nés pendant la guerre. Le héros du film, Alen, est un adolescent orphelin, né d’un viol pendant la guerre, qui rêve de meilleurs lendemains et finit par s’exiler en France. Portrait du jeune réalisateur.

Par Eléonore Loué-Feichter À sa sortie de l’Académie des Arts scéniques de Sarajevo en 1999, après son diplôme, il donne son opinion sur le monde cinématographique en Bosnie, à l’occasion d’une interview pour le magazine indépendant Dani : « Vous savez combien de personnes prétendent aujourd’hui être réalisateurs ou effectuer le travail de réalisateur ? C’est incroyable, ils ne connaissent même pas les bases de ce métier. Aujourd’hui en Bosnie-Herzégovine, tout passe avant la qualité. Il est plus important d’avoir de bons contacts – familiaux, amicaux ou politiques – et on peut le constater également à la télévision. Le critère de qualité n’existe (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous