Le Courrier de la Bosnie-Herzégovine

Bosnie : la grève des enseignants de Tuzla, un combat pour la dignité

| |

Durant plus de deux semaines, du 5 au 21 mars, les enseignants du canton de Tuzla ont fait grève, pour s’opposer aux baisses récurrentes de salaire qu’on veut leur imposer au nom de l’austérité. Face à ce mouvement, les autorités cantonales ont répondu par le mépris et les menaces. En Bosnie-Herzégovine, le droit de grève est chaque jour davantage remis en cause, y compris dans le secteur public.

Par Eléonore Loué-Feichter En Bosnie-Herzégovine, le droit de grève est prévu par la Constitution et la Loi du travail. Cependant dans les faits, il s’avère très difficile pour les grévistes de faire entendre leurs droits, et ils s’exposent souvent à des représailles de la part de leur employeur, notamment dans le secteur privé [1] On pourrait s’attendre à ce qu’il en aille autrement dans le secteur public, mais les récentes menaces exprimées par la ministre de l’Education du canton de Tuzla montrent que même les fonctionnaires ne sont pas à l’abri de sanctions, quand bien même celles-ci seraient illégales. Après une baisse des salaires de 2% (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous