Au Monténégro, l’université est devenue une entreprise comme les autres

| |

Le Monténégro, c’est 600 000 habitants et 15 000 chômeurs titulaires de diplômes universitaires. Aujourd’hui, l’enseignement supérieur public est sinistré, concurrencé par les universités privées qui produisent des diplômés low cost à la chaîne. Le célèbre historien Šerbo Rastoder s’indigne de la marchandisation du savoir.

Propos recueillis par Veseljko Koprivica Monitor (M.) : Vous êtres historien, professeur de l’Université du Monténégro, qui fait l’objet des évaluations controversées. Quelles sont les problèmes majeurs auxquels se confronte cette institution publique ? Šerbo Rastoder (Š. R.) : L’Université est une institution d’élite qui doit nécessairement faire l’objet de débats. Le problème c’est qu’aujourd’hui, nous ne savons pas quoi faire avec l’université : la soumettre aux lois du marché pour prouver une certaine commercialisation du savoir, en faire un espace idéologique du pouvoir pour justifier son statut d’institution publique, nous en servir pour (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous