Mapo

Albanie : comment lutter contre la vendetta ?

| |

La vendetta demeure toujours un mal endémique, principalement dans le nord de l’Albanie. Le directeur général de la police d’État, Ahmet Prençi, explique les réalités et les causes sociales de ce phénomène, tout en revenant sur les liens entre la vendetta et le kanun. La généralisation de la vendetta depuis le début des années 1990 est avant tout une conséquence des bouleversements sociaux que connaît le pays. Entretien.

Par Ben Andoni Ahmet Prençi Mapo (M.) : La pratique de la vendetta est un problème majeur pour notre société et la sécurité des citoyens de ce pays. Comment la police gère-t-elle ce problème ? Ahmet Prençi (A.P.) : Tout d’abord, il faut cerner les racines sociologiques du problème. Ainsi, nous pensons que le phénomène a pris de l’ampleur après la chute du régime communiste, particulièrement au nord du pays. L’autoritarisme du régime a eu pour effet de maîtriser l’utilisation des méthodes prescrites par le Kanun. Il semblerait que la fin de la dictature ait favorisé la résurgence de la vengeance privée. La société sortait de près de 50 (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous