AIM

Yougoslavie : Pourquoi le Gouverneur de la Banque Nationale refuse-t-il la dévaluation du dinar ?

| |

La faiblesse des exportations est la conséquence du manque de compétitivité
de l’économie nationale et non pas du taux de change. Raviver l’économie
exsangue de la Yougoslavie n’est donc pas affaire de taux de change. Il faut
que l’on vienne nous dire de l’étranger que nos produits ne sont pas si
mauvais, même s’ils n’ont aucune chance de trouver leur place sur les
marchés internationaux parce que leur conception date des années 1970.

Par Tatjana Jankovic La fin de l’année est le moment de faire les comptes sur les résultats et, en règle générale, de chicaner sur les taux de change. Cette fois-ci, les choses ont commencé il y a plusieurs mois, immédiatement après la déclaration de Predrag Markovic, Président du conseil politique du G17 Plus (groupe d’experts indépendants, NDLT), qui annonçait que cette organisation non-gouvernementale se présenterait aux prochaines élections avec l’objectif de « protéger les réformes en cours. » Vladimir Goati, membre du conseil politique de cette organisation fut encore plus clair : « le G17 Plus ne peut soutenir ni le Premier Ministre de Serbie (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous