Vreme

Yougoslavie : Jovanka Broz et l’héritage de Tito (2/2)

| |

Depuis la mort de Tito, sa veuve, Jovanka Broz, a été privée de tous ses droits : elle ne touche pas de retraite, n’a aucun titre de propriété sur la maison qu’elle habite à Belgrade. Tous les biens personnels du couple ont été confisqués par l’État. Alors qu’un règlement est en vue, son ancien avocat, Toma Fila, s’explique sur le combat de trente ans qu’il a mené pour la reconnaissance des droits civils et personnels élémentaires de Jovanka Broz. Le second volet de notre entretien.

Propos recueillis par Jovana Gligorijević Vreme (V.) : Durant vingt premières années de cette affaire, vous espériez une solution politique. Qu’est-ce à dire ? Toma Fila (T.F.) : Pendant toutes ces années, j’ai reçu des journalistes qui cherchaient des réponses sur Jovanka Broz, mais aucune des personnes qui pouvait l’aider ne nous à jamais contacté. Il y avait aussi ceux qui auraient bien voulu mais qui ne pouvaient pas... Ils avaient tous peur. Tout a commencé à changer après la chute de Milošević. Avant cela, nous étions seuls, tous les deux, et nous nous voyions rarement car l’affaire n’avançait pas. J’ai utilisé mes connaissances et ma (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous