Bturn

Yougonostalgie : la JAT, pour le meilleur et pour le pire

| |

Ah, qu’elles semblent loin, les belles heures de la JAT ! On pouvait alors rejoindre Zagreb ou Tirana en un vol direct depuis Belgrade. C’était le temps où les hôtesses de l’air, jolies et aimables, étaient élégamment vêtues ; le temps où l’on dégustait un repas exquis à bord d’un confortable 737 flambant neuf ; le temps aussi où les passagers (et les pilotes) fumaient à bord sans vergogne. De cette époque, il ne reste que les vieux cendriers et une odeur de tabac froid. Vingt ans ont passé... Bturn retrace la chute et le déclin d’un empire aérien.

Par Lily Lynch Quand vous essayez de voyager en avion dans la région, il devient évident que la distance réelle entre les nations, plus qu’en kilomètres, se mesurent en temps, en argent et en tracasseries diverses. À l’époque de ses beaux jours, la JAT – Yugoslav Airlines – jouissait d’une réputation d’excellence et de glamour. Sa flotte de Boeing 737 – premiers modèles achetés en Europe et avions de ligne les mieux vendus de l’histoire de l’aviation – transportait quelque cinq millions de passagers par an vers des destinations sur cinq continents différents. Ses hôtesses de l’air gagnèrent des concours de mode à Paris pour l’élégance de leurs (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous