Mapo

Violences en Albanie : Sali Berisha prétend défendre l’État de droit

| |

La crise se poursuit en Albanie, où l’opposition a manifesté vendredi à Tirana pour la troisième journée consécutive, bloquant également des routes à Fier, Durrës, Lezhë et Vlorë. Les résultats sont toujours incertains à Tirana, où Edi Rama pourrait être privé de la victoire si des bulletins d’abord considérés comme nuls étaient finalement validés. Le Premier ministre Sali Berisha affirme que les procédures de décompte des voix sont régulières et démocratiques. Il répond aux questions de Mapo.

Mapo (M.) : L’opposition prétend que vous êtes en train de lui ravir la victoire au vu et su de tout le monde… Sali Berisha (S.B. : Nous ne faisons rien d’autre que de recompter tous les votes qui n’avaient pas été pris en compte. M. : Pourquoi maintenant ? S.B` ; : Parce que ces votes ne sont reflétés nulle part. Il n’existe pas la moindre volonté de changer un résultat quelconque, mais il est fondamental de compter chaque vote… On ne peut pas proclamer de résultat sans les avoir tous comptés. M. : Si Lulzim Basha sort vainqueur, vous fêterez cette victoire ? S.B. : Je conseillerais à Lulzim Basha de ne faire la fête qu’après la proclamation des (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous