Osservatorio Balcani e Caucaso

Violences domestiques : peu de progrès dans une Croatie patriarcale

|

En 2003, un fait divers secouait la Croatie : la femme d’un diplomate accusait son mari de violences physiques et morales. Dans une société encore patriarcale dominée par l’Église catholique, cet événement a permis de mettre en lumière un phénomène tabou. Près de dix ans plus tard, les violences contre les femmes restent monnaie courante notamment à cause du manque de respect d’un dispositif juridique pourtant protecteur.

Par Osservatorio Balcani e Caucaso En 2003, les médias croates s’emparent d’une affaire brulante : Magali Boers, de nationalité française, accuse son mari, Ljubomir Čučić, ancien ambassadeur croate en Belgique et ancien secrétaire du Mouvement européen de Croatie, d’abus physique et psychologique. Cette affaire a constitué un point de rupture dans le pays, en portant le sujet des violences domestiques sur le devant de la scène. En effet, en Croatie, pays majoritairement catholique conservateur, la question restait taboue. Retrouvez notre dossier : Les violences faites aux femmes : un problème balkanique L’affaire « Boers-Čučić » a (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous