Shekulli

Vendetta en Albanie : le Kanun, totem de l’assassin

| |

La réalisatrice Donika Mustafaj vient de terminer un nouveau documentaire sur le Kanun, la vendetta et la connaissance que les victimes ont de cette séculaire Constitution des montagnes. Selon la réalisatrice, le Kanun n’existe plus, et il ne sert que de prétexte à une avalanche de meurtres. La passivité des pouvoirs publics explique ce tragique « particularisme » albanais. Entretien.

Propos recueillis par Elsa Demo Shekull (Sh) : Pouvez-vous nous parler de votre documentaire ? Donika Mustafaj (DM) : Le documentaire porte sur le phénomène de la vendetta. Il repose sur des histoires reliées entre elles, auxquelles j’ai tenté de redonner la vie, non la mort ou la réconciliation. Je me suis rendue compte que, dans les endroits que j’ai visités, le poids de la vendetta touchait bien plus les enfants et les femmes, ce qui n’est pas prévu pas dans le Kanun, qui affirme qu’ils sont intouchables. C’est donc sur eux que je me suis concentrée. Sh : Comme toujours, c’est le Nord qui revient en première ligne ? DM : Je me suis (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous