Reporter

Une autre Serbie est possible

| |

Malgré la propagande du gouvernement serbe et de l’establishment intellectuel, qui « tentent de nous expliquer ce que nous ne saisissons pas », une Serbie qui n’adhère pas aux préceptes du néolibéralisme est possible, selon l’historien Andrej Grubacic.

Propos recueillis par Goran Tarlac Il est invraisemblable qu’en pleine montée de l’extrême-droite, dont nous ne cessons d’ailleurs de nous plaindre, les intellectuels de l’État ne remarquent pas les liens qui unissent la Banque Mondiale à la politique de « précarité », et l’adaptation structurelle au parti de Seselj. L’un des jeunes historiens les plus connus de Serbie et engagé en faveur d’une gauche indépendante nous met en garde contre une confusion terminologique autour de la notion « d’anti-mondialisation ». Andrej Grubacic, lecteur assidu des oeuvres du sociologue français Pierre Bourdieu et du linguiste anarchiste américain Noam Chomsky, pense que (...)

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou identifiez-vous !

S'abonner      Identifiez-vous